Compostage et paillage


Enjeux

Pratiquer le compostage individuel et/ou la paillage a plusieurs vertus : 

  • c'est pratique : je limite mes allers-retours à la déchèterie.
  • c'est écologique : le paillage et le compost améliorent la qualité des sols et permet de fertiliser les plantes.
  • c'est économique :  en compostant / en paillant, on allège sa poubelle et donc sa facture. 

Rappel : notre poubelle est composée de 30 % de biodégradables. 

Le compostage

Le processus de compostage

La nature sait recycler ses propres déchets. Ainsi, quand on se promène en forêt, nous ne circulons pas au milieu de tas de feuilles mortes ou d’excréments d’animaux ! Dès leur production, divers organismes se mettent en action : bactéries, champignons, vers, insectes… Tous contribuent à faire disparaître ces déchets et à les transformer en humus. C’est ce processus naturel que reprend le compostage.

Comment composter ?

3 règles sont à respecter :

  • brasser régulièrement pour apporter de l'oxygène aux décomposeurs
  • vérifier l'humidité
  • diversifier les apports : mélanger 50 % de matières vertes et 50% de matières brunes.

ON COMPOSTE

50 %  de matières vertes / humides / molles, riches en azote

Dans la cuisine

Epluchures

Fruits et légumes crus ou cuits

Restes de repas : riz, pâtes, salades,...

Dans la maison

Bouquets de fleurs

Plantes d'intérieur

Dans le jardin

Tontes de gazon (en petites quantités : préférer le paillage)

Mauvaises herbes montées à graines 

50% de matières brunes / secs / dures, riches en carbone

Dans la cuisine

Marc de café/thé/tisane - Filtres en papier

Coques de noix/noisettes broyées

Coquilles d'oeufs broyées

Essuie-tout 

Dans la maison

Cartons bruns non imprimés découpés

Mouchoirs en papier

Dans le jardin

Fanes, feuilles mortes

Foin, paille

Sciure, copeaux de bois non traités

 ON NE COMPOSTE PAS

Déchets non biodégradables : mégots, plastiques, sacs d'aspirateurs, bois vernis, produits chimiques....
Tailles de cyprès et de thuyas (mais oui pour le paillage)

Mauvaises herbes montées à graines

Litières et excréments d'animaux

 


Les usages du compost

  • en paillage : pour protéger et améliorer la structure du sol. Il suffit de le disposer en couche de 3 à 4 cm sur le sol du jardin.
  • pour les semis : mélanger 1/3 compost, 1/3 terre et 1/3 sable (le sable allègera la préparation)
  • pour le rempotage : mélanger 1/3 compost et 2/3 terre.

 

 

Le paillage / Le mulch

Cette pratique peut remplacer ou compléter le compostage.
Un sol nu dans la nature est une exception qui perturbe son équilibre.
Un paillis protège la couche supérieure du sol tout en prévenant le phénomène de battance (crôute qui se forme sur la terre nue).

Avec quoi pailler ?

On peut utiliser :

  • feuilles mortes
  • brindilles et branches broyées
  • tontes séchées
  • résidus de jardin et même les déchets végétaux de cuisine tels que les épluchures.

On évite : 

  • mauvaises herbes en graines, plantes malades
  • aiguilles de pin (acidifient le sol ; ont des propriétes desherbantes)
  • tailles de cyprès ou de thuya (ex : le thuya a des propriétes desherbantes).

Comment pailler ?

Il suffit d'étendre des couches de paillis de 3 à 5 cm environ (plus si on utilise des feuilles mortes). Et c'est tout : Dame Nature s'occupe du reste.
On peut pailler dans son jardin, son verger, au pied des arbustes, sous les haies... ou sa pelouse en la tondant avec un kit mulching.

Quand pailler ?

Toute l'année mais le paillage est plus efficace : 

  • au printemps (graines germées)
  • en été quand il fait très chaud
  • en automne pour protéger les plantes avant l'hiver et protéger le sol.


Suis-je obligé(e) d'acheter un composteur ?

NON

Le compostage peut se pratiquer en tas, directement sur le sol.

Sans jardin, pas de compostage ?

NON

En appartement, on peut utiliser un vermicomposteur : une boîte contenant des vers de fumiers qui transformeront vos épluchures en lombricompost (fraction solide) et en lombrithé (fraction liquide très riche).

D'autres possibilités : le bokashi ; si existant dans ma commune : la collecte des déchets en bacs ou encore le composteur partagé.

Le test de la poignée, ça aide vraiment ?

OUI

Pour vérifier l'humidité de votre compost, il suffit d'en prendre une poignée et de serrer :

  • il reste en paquet : c'est parfait
  • il s'effrite : il est trop sec (pour rectifier : arroser votre compost )
  • de l'eau coule : il est trop humide (pour rectifier : rajouter de la matière brune et mélanger).